mardi 22 décembre 2009

Joyeuses fêtes !

Je viens vous souhaiter par le présent billet, avant que de m'en aller prendre le train pour les Vosges, première escale des Fêtes, de très joyeuses fêtes à vous, lecteurs, et à vos familles.



Joyeux Noël !

mercredi 16 décembre 2009

décembre et traditions

Hé oui, décembre est revenu et avec lui tout ce qui va avec: saint Nicolas et ses pains d'épices (dont j'ai envoyé quelques exemplaires en Polynésie Française), les bredele (petits gâteaux de Noël alsaciens, tradition familiale) dont j'ai offert quelques fournées à mes collègues la semaine dernière, il m'en reste encore à faire aujourd'hui. Il y a aussi la ville illuminée, les cadeaux (je n'ai pas commencé, argh !), le marché de Noël que je suis allée voir une fois ou deux...et surtout les vacances de Noël qui commencent vendredi soir !

Je respecte les traditions, j'offre essentiellement mes gâteaux, déjà parce que c'est fait pour ça et puis, quelque part, ça vaut mieux pour la ligne. Et ça me fait plaisir, aussi, de voir les gens apprécier  et se régaler...

Ah, les cadeaux...le budget étant réduit à la portion congrue, ça va être vite fait. Si j'ai le temps, je peindrai même une ou deux aquarelle pour offrir mais vu que je pars dans les Vosges mardi ça va être chaud. Oui, j'aime peindre à mes heures perdues, même si je suis nulle en dessin...

Bref, au début des vacances je ne vais pas manquer d'occupation au début des vacances, moi...

mercredi 18 novembre 2009

Des regrets, des regrets, des regrets...

Je ne sais pas, c'est probablement la saison et le temps pourri que nous avions depuis plusieurs jours, mais ça fait forcément méditer sur soi-même. Sans aller jusqu'à la déprime, non (quoi que...), mais quelques larmes versées sur ce qui a été ou ce qui aurait pu être. Il y a aussi la vie quotidienne, les soucis, se demander de quoi le lendemain sera fait, pas bien gai tout ça.

Il y a forcément des choses qui nous traversent la tête, ces choses qu'on faisait avant et qu'on aimerait refaire, et ce qu'on rêverait de faire. Moi qui détestais mes cours de danse étant ado, voilà que j'aimerais refaire de la danse classique et moderne, même si je suis consciente qu'avec ma corpulence ce serait difficile de trouver un cours. J'aimerais rejouer du piano, aussi, je n'étais pas extrêmement douée pour le solfège mais j'adorais jouer à l'oreille, sans partition mais pour le plaisir. Je voudrais aussi prendre des cours de dessin pour m'améliorer, ou apprendre à jouer de la batterie. Par contre, je suis sur le point de refaire de la chorale, j'ai pris contact avec une chorale de la région messine et je dois intégrer prochainement une de leurs répétitions. Ca fait un regret de moins, chanter a toujours contribué à mon équilibre depuis mon enfance et ça va me faire beaucoup de bien.

Et puis bon, il y a les regrets un peu plus "larges", qui n'engagent pas que moi. J'en viens à regretter d'avoir voté Royal aux dernières présidentielles, j'aurais voulu une femme président pour changer les choses mais quand je vois ce qui se passe autour d'elle, comment elle limoge son entourage, ses phrases malheureuses, ce combat par médias interposés...et j'en passe. C'est de pire en pire et, franchement, je regrette de ne m'être pas abstenue en 2007, parce que c'était un peu un choix entre la peste et le choléra. Et puis il y a cette réforme des élus locaux, que je trouve stupide et mal à propos. Les gens moyens comme moi savent à qui s'adresser, le nom de leur maire, de leur conseiller général, du président de leur conseil régional, chacun à son niveau selon ce qu'on a à demander, et tout chambouler sous prétexte d'économies est quelque part se moquer du travail que ces gens effectuent à notre niveau et les prendre pour des imbéciles, sans parler de ceux qui les élisent. Parce que nos élus locaux, ce sont des gens comme nous, voilà, je leur tire mon chapeau et je pense très fort à mon ami Faucon, qui est un élu local chez lui et qui prend son travail très à cœur.

jeudi 29 octobre 2009

Des nouvelles de Mahes Rê...



Depuis le temps que je disais que j'allais remettre une photo récente du fauve, le voici à son endroit favori, le coin de la mezzanine. Depuis peu, il passe les pattes par dessus la barrière et saute même sur la table qui est en bas, il devient casse-cou en grandissant. Il a eu du mal à se faire à mon absence pendant la journée mais maintenant il vit sa petite vie de chat pendant que je ne suis pas là, joue, dort et se transforme en super glue dès que je rentre...
Bref, Mahes Rê va très bien...

lundi 12 octobre 2009

Première séance de piscine avec Margaux: "Wonder womaaaaaaaaan !"

Aujourd'hui c'était le test pour voir si c'était possible, vu la vitesse "supersonique" de Margaux, de l'emmener à la piscine. Déjà, ça commençait bien, le bus qui devait emmener les classes à la piscine était en retard, ce qui fait qu'on a dû tout accélérer. J'ai déshabillé et rhabillé Margaux à la vitesse de l'éclair, maillot de bain, bonnet (un peu sportif sur les cheveux longs !) avant de m'enfermer dans la cabine attenante et revêtir mon propre maillot de bain en quatrième vitesse. Je sors en courant, récupère Margaux qui m'attend toujours et l'emmène séance tenante à la douche, puis à l'eau. Le maître nageur veut la tester, fort bien...elle parvient à faire quelques exercices avec moi juste derrière mais, aux suivants, je dois la récupérer et nous propulser toutes les deux avec mes petites jambes alors qu'elle est presque aussi grande que moi. Heureusement que je nage comme un poisson depuis l'âge de cinq ans ! Elle flotte bien sur le dos, mais n'a pas de point d'équilibre sur le ventre et coule plutôt qu'elle ne flotte. Qu'à cela ne tienne, nous lui avons fait travailler cela avec des brassards et des frites et continuerons dès lundi prochain. Le même marathon recommence dès qu'on sort du bassin, lavage, rhabillage, puis mon propre rhabillage en quatrième vitesse et je file, à peine sèche, enfiler les chaussures de Margaux et enfin remonter vers le bus, complètement épuisée dès le début de la journée...

Ouais, Wonder Woman, c'était moi...sauf que j'aurais bien aimé pouvoir me changer aussi facilement ;p

lundi 5 octobre 2009

Clip de saison: Francis Cabrel "Octobre"

http://www.dailymotion.com/video/x1h1qp_francis-cabrel-octobre-clip-video_music
Niveau vêtements, on est loin des "bouts de laine" chantés par Cabrel, mais j'ai toujours 1) apprécié l'artiste 2) apprécié cette chanson qui rappelle la douceur de cette saison qu'est l'automne, même si cette année cela ressemble plus à une fin de mois d'août. A écouter pour commencer la journée doucement, tranquillement, en méditant sur ces magnifiques paysages du sud ouest...

dimanche 4 octobre 2009

deux premiers jours de boulot...et une paille !

J'ai commencé jeudi dernier le boulot, et suis déjà épuisée. Bon, à ma décharge, j'avais oublié ce que c'était que de me lever à 6h du matin et d'enchaîner 8h-16h avec juste la récré à 10h et une mini pause à midi vu qu'on a souvent des réunions avec des intervenants auprès des enfants (psy, orthoptiste, psychomotricien...). Heureusement, les journées passent vite vu qu'on n'arrête pas une seconde. Il faut stimuler Margaux en permanence sinon elle ne fait rien et, en même temps, l'instit m'a confié deux autres élèves, dont Enzo qui, non content d'avoir des soucis de vue, a aussi des soucis de comportement et ne travaille que si on a l'oeil sur lui. Heureusement, les enfants sont sympathiques et attachants et ça se passe assez bien du moment que je ne me laisse pas déborder. Quant à Margaux, elle est gentille mais est lente pour tout, répète souvent ce que je lui dis mais à part ça j'arrive à en faire façon.

Allez, vais aller cuisiner ma gamelle pour demain, moi...

lundi 28 septembre 2009

Petit billet de politique locale: la gare Lorraine-TGV

Hé oui, ça m'arrive aussi de m'intéresser à la politique et j'écoutais ce midi les infos régionales quand ils ont reparlé de Vandières. Pour ceux qui ne sont pas de la région, je vais expliquer ce que c'est. Hé bien Vandières c'est le bâton de discorde entre la Moselle et le reste de la Lorraine. Chaque région a ses petites guéguerres, et ici en Lorraine la plus connue est celle qui fait se détester Metz et Nancy depuis des siècles.
Mais revenons à Vandières. C'est un charmant petit village situé entre Metz et Nancy, qui a l'heur de se trouver exactement à l'intersection de la ligne TER Luxembourg-Nancy et de la LGV Est Européenne. Lors du premier accord, il était prévu de faire ici la gare Lorraine TGV, qui permet d'effectuer des liaisons province-province sans passer par Paris, ce qui est un gain de temps appréciable. Sauf que le conseil général de la Moselle s'est estimé lésé et s'est battu pour faire implanter la gare là où elle est actuellement, à Louvigny, près de l'aéroport Metz-Nancy-Lorraine. Mais l'affaire n'en est pas restée là, et des études ont été faites pour construire une gare à Vandières en 2014 et reconvertir Louvigny en gare fret à grande vitesse. Justement, l'enquête d'utilité publique vient d'être lancée hier. Personnellement, je trouve assez stupide d'avoir construit une gare et d'en construire une autre après alors qu'il eût été bien plus simple d'en faire une seule au départ, mais je me rallie au projet de Vandières puisqu'elle est desservie par les trains TER, ce qui je trouve plus simple que les navettes routières qui relient Louvigny à Metz et Nancy, plus économique aussi puisque je trouve que c'est assez cher 4, 20 euros pour faire Louvigny-Metz alors que ça serait moins cher en TER vers Vandières, que ça soit pour venir depuis Nancy ou Metz. Tout ça pour une affaire politique de fierté départementale, c'est assez navrant.

Je vous mets ici les détails concernant l'établissement de la gare, c'est digne d'un roman...

Premier contact avec ma CLIS

Vendredi, je me suis rendue à l'école où je vais travailler dès le premier octobre, pas seulement pour jauger les temps de transport mais pour aller m'y présenter, j'estimais que c'était plus poli vis à vis du directeur de l'institut d'éveil sensoriel dont je dépends. Lui, je l'ai croisé rapidement et il m'a confiée à l'institutrice avec laquelle j'allais travailler. J'ai donc fait la connaissance de la classe, onze enfants de six à dix ans, tous malvoyants à différents degrés, et de la petite fille donc j'allais plus spécifiquement m'occuper, Margaux. Elle a dix ans, apprend le braille mais, suite à une maladie génétique, s'exprime très lentement et est non-voyante. Elle se déplace donc très lentement aussi, et mon rôle sera de l'aider à travailler mais aussi à se déplacer dans l'école car elle n'est pas autonome.
Il a été prévu que j'apprenne les rudiments du braille pour l'aider, ce qui me sera plus simple car je vois. L'institutrice, très sympathique, m'a vite intégrée à la classe et m'a expliqué son plan pédagogique. Finalement, je pense que je vais m'y plaire, et ce sera une expérience utile car on recherche des guides touristiques capables de guider des personnes handicapées visuelles ou auditives et ce serait une chance supplémentaire pour moi...

A voir à l'usage, maintenant...

mardi 22 septembre 2009

Journées européennes du patrimoine 2009 à Metz

Comme tous les ans ou presque, le weekend des journées du patrimoine est pour moi un véritable marathon. Voici donc quelques photos des monuments que j'ai visités:

Le temple neuf:

Bâti au début du XXème siècle en style néo roman pour les troupes allemandes



Les tribunes de côté



L'abside




Une travée de la voûte (seul hic au néo roman vu qu'elle est gothique, sur demande de Guillaume II pour la petite histoire)



L'orgue (superbe explication par l'organiste !)




La façade en contre plongé



L'extérieur vu du pont

L'opéra-théâtre





L'un des costumes de l'opéra Thaïs




Le second balcon et le plafond peint vus du premier balcon




 Les balcons et deux des loges




La scène et le décor de La Bohême, de Puccini, qui ouvre la saison la semaine prochaine (j'y vais, d'ailleurs)





L'un des décors de La Bohême, présentant une brasserie du début du XXème siècle




Elément de décor en construction dans l'atelier, destiné à L'attaque du moulin (drame lyrique au livret écrit par Zola)


La cathédrale Saint Etienne





Evangéliaire du XVIème siècle, Verdun




Ouvrier vitrailliste en pleine démonstration, transept sud




Nef et transept



Détail du portail ouest (interdit d'accès en temps normal)


Autres monuments visités sans photos:

-église Saint Eucaire et son orgue Cavaillé-Coll de la fin du XIXème siècle
-Maison du projet du centre Pompidou Metz
-musées de la cour d'or avec animation gauloise
-Gare de Metz

dimanche 13 septembre 2009

Tag: chocolat

Voilà un moment que l'ami Faucon m'avait fort gentiment citée pour participer à ce tag, mais mieux vaut tard que jamais, du moins j'espère (je m'excuse d'ailleurs de ce retard auprès de lui...).

1/ Quel type de chocolat : Chocolat noir, chocolat au lait, chocolat blanc ?

Noir

2/ Sous quelle forme : Boisson, tablette, bouchée ?

Tablette, bien sûr, mais aussi le chocolat chaud qu'on apprécie par ici quand il fait très froid. Mon père m'a ramené une préparation spéciale de Martinique et j'apprécie d'en faire moi-même comme ma grand-mère le faisait quand j'étais petite, parfumé à la cannelle (vivement l'hiver, tiens^^)...

3/ Quelle origine : Chocolat belge, suisse, autre, tous ?


belge, j'ai beaucoup d'amis là-bas, mais j'aime toutes les origines aussi, je ne suis pas difficile
 
4/ Un dessert au chocolat : Tarte au chocolat, Gâteau au chocolat, glace au chocolat
 
Le moelleux au chocolat de mon frère:
 
Pour 6 personnes:

- 250g de chocolat dessert à 53% de cacao minimum


- 175g de beurre


- 125g de sucre glace


- 75g de farine


- 5 oeufs


Dans une casserole, faites fondre à feu très doux le chocolat avec le beurre en morceaux. Vous pouvez également utiliser un micro-onde.


Dans un bol, mélangez la farine, le sucre glace.


Ajoutez 5 oeufs et mélangez jusqu'à ce que la préparation soit homogène.


Versez délicatement le beurre et le chocolat sur la préparation.


Mélangez bien.


Prendre des ramequins en pirex (5cm de haut et 7,5cm de diamètre).


Beurrez bien les moules et farinez-les bien.


Versez la préparation dans 6 moules au 3/4 du ramequin en pirex.


Préchauffez le four à 200°C (th.7).


Lorsque le four est bien chaud, enfournez 7 minutes précises à 200°C.


Servez tiède avec un coulis de mandarine ou une glace vanille.

Vous m'en direz des nouvelles !!

5/ A boire avec du chocolat : un whisky, une liqueur, un cognac/armagnac, de l’eau tout simplement, un vin rouge ?

Un vin sucré, genre muscat d'Alsace ou de Rivesaltes, mais aussi un bon café (je plaide coupable, je suis une intoxiquée)
Toi qui passe par ici, si tu veux faire ce tag, tu es le bienvenu...

vendredi 11 septembre 2009

Rectificatif

Finalement, je ne prendrai pas mon nouveau travail avant le 1er octobre, rectification apportée par le Pole emploi lors de mon rendez vous "mensuel" lundi. Non seulement ils se paient le luxe de me recevoir après presque six mois de lâchage à moi-même, mais en plus, lorsque je leur dis que j'ai décroché un contrat d'insertion, m'annoncent que celui-ci, au contraire des autres, n'est pas cumulable avec le maintien de mon ASS, bah tiens ! J'aurai donc 770 euros et basta, et en plus la CAF va me rebaisser mes APL, encore mieux ! Bon, vu que là je vis avec 460 euros et que je ne pourrais pas m'en sortir sans l'aide de mes parents, je ne peux pas me montrer difficile mais quand même, ils abusent !

J'ai quand même téléphoné à l'IEN, au monsieur qui m'avait recruté, qui m'a confirmé la circulaire et expliqué le poste. Il s'agit la moitié du temps d'aider au travail administratif et de tenir la BCD et l'autre moitié d'aider une petite malvoyante nommée Margaux dans ses activités. Et pendant que j'attends ici la fin des tracas administratifs, elle fait comment, la petite fille ?

En tout cas m'en fiche, vais me trouver un petit boulot supplémentaire genre cours particuliers pour mettre du beurre dans les épinards et faire une demande de RSA, faut pas abuser quand même !

dimanche 6 septembre 2009

billet ch***** et inutile, pour pas changer...

J'ai conscience de ne pas avoir la verve poétique ou politique qui attire des gens en masse sur un blog. La politique m'ennuie bien souvent, même si c'est assez amusant actuellement de les voir se taper dessus, ça s'apparente pas mal aux "panem et circenses" de l'antiquité romaine et ça, du moins, c'est drôle.

Non, je ferai encore un billet inutile pour dire que mon affectation en tant qu'employée de vie scolaire est enfin tombée et que je vais commencer mon travail une fois les papiers fait auprès du collège responsable de l'administratif (encore bien pratique l'éducation nationale, toujours aussi compartimentée mais enfin passons...), c'est à dire entre le 10 et le 15 septembre. Neuf mois de tranquillité financière toute relative et donc pour trouver autre chose. Enfin c'est quand même un comble qu'avec mes diplômes je me retrouve avec un contrat pour minimas sociaux, même si de nos jours c'est bien de pouvoir bosser vu le nombre de chômeurs...

mardi 25 août 2009

Rions un peu: Mahes Rê et la mezzanine

Voici deux semaines, dans l'optique d'avoir un peu plus de place dans mon petit appartement, j'ai acheté un lit mezzanine en métal. Je pensais que Mahes ainsi n'aurait plus l'occasion de dormir avec moi, que nenni ! Le mini monstre a appris rapidement à monter à l'échelle et adore observer son monde depuis le haut. Ce midi, il était à demi endormi là haut, planqué sous la couette, et j'ai réussi à le saisir avec l'appareil photo du portable. Regardez-moi ça, vous parlez d'un chat de garde ! ;)

lundi 24 août 2009

Les meilleurs choses ont une fin...

Normalement, les gens comme moi ne prennent pas de vacances, faute de moyens et aussi par une sorte de culpabilité mal placée (vu qu'on ne (je cite une phrase entendue) "fiche rien", pourquoi nous autre chômeurs aurions-nous besoin de vacances ?), mais quand vous en avez l'occasion, ce n'est pas si mal. Une amie est venue passer deux semaines ici, et ça a été deux semaines de vraies vacances: coucher tard, lever tard, promenades dans la ville, visites dans les Vosges, le tout avec quasiment tout le temps la chaleur et le beau temps, que demander de plus ? Merci, Mayotte :)

Maintenant j'attends que l'IA Moselle m'appelle pour mon poste, ils ne reprennent qu'aujourd'hui, faut pas être pressé avec eux. Je connais bien le fonctionnement de l'éducation nationale vu que j'ai passé 5 ans chez eux en tant qu'aide-éducatrice, donc je ne m'en formalise pas, j'attends. Pour une rentrée prévue le 1er septembre, va falloir très vite s'adapter...
Bon, c'est un poste de 26h par semaine dans une école élémentaire, un contrat aidé pour personnes aux minima (comme moi, c'est triste à dire), mais c'est toujours mieux que rien...

vendredi 7 août 2009

Réflexions sur le système de santé français

Ma maman travaille depuis plusieurs années déjà comme assistante dentaire chez un orthodontiste. Vu qu'elle avait du retard dans son travail administratif parce qu'elle doit s'occuper aussi du nouvel orthodontiste venu travailler avec son patron, elle m'avait demandé de venir l'aider pendant deux jours, mardi et mercredi dernier. Il s'agissait surtout de faire les feuilles d'honoraires et les demandes d'entente préalable à l'aide du logiciel professionnel, Logos. La manipulation en elle-même est simple une fois qu'on connaît les bons codes, mais c'est beaucoup de papier pour un simple renouvellement de semestre. Parce qu'il faut envoyer d'abord une entente préalable, qui sera acceptée ou pas, et refaire la même manip si elle l'est avec un autre formulaire. Que de papier et de peine perdus pour rien ! C'est là ce qui grève notre système de santé: il étouffe sous le papier ! Ce serait largement plus simple qu'il y ait davantage de relations électroniques entre les praticiens et les caisses, cela épargnerait un temps fou à tout le monde. Je comprends mieux que la sécu mette trois semaines à traiter une feuille de maladie quand je vois la tonne de papier envoyée par les praticiens, doublement d'ailleurs pour les orthodontistes qui fonctionnent obligatoirement par semestres, sur devis et acceptation préalable par les caisses et les mutuelles. On a un des meilleurs système de santé, et il faut qu'il soit submergé sous la paperasserie malgré la généralisation de la carte vitale (j'ai même appris à la passer dans la machine^^), c'est quand même dommage.

Mais bref, ma maman a quasiment rattrapé son retard administratif, et c'est quand même ça l'essentiel, elle va pouvoir partir en vacances tranquille...

mardi 28 juillet 2009

Etape 21: Montereau-Fault Yonne- Paris + bilan

Et voilà, le Tour est fini !! Comme d'habitude, la dernière étape a été une longue promenade jusqu'à Paris, avec des images amusantes, dégustation de champagne par l'équipe Astana et photos souvenirs. Les hostilités pour la victoire d'étape ont commencé à l'arrivée sur les Champs Elysées, Sylvain Calzati part le premier, mais c'est à initiative du japonais Fumiyuki Beppu (Saxo Bank) que se forme un petit groupe de tête composé de Veikkanen (FDJ), Coyot (GCE), Dumoulin (COF), Pichot (BBO), Barredo (QST) et Wegmann (MRM). Ils seront presque tous rattrappés à l'exception de Beppu, Veikannen et Wegmann qui insistent et seront à leur tour rattrapés à 5 km de l'arrivée. Sous la flamme rouge, les sprints se mettent en place. Les Garmin tentent de souffler la victoire à la machine bien huilée Columbia mais peine perdue, Mark Cavendish s'impose pour sa sixième fois sur ce Tour.

Vainqueur d'étape: Mark Cavendish (Columbia) (x 6)

Combattif: Fumiyuki Beppu (Saxo Bank)

Super combattif 2009: Franco Pellizotti (Liquigas)

Classement général:

1) Alberto Contador (Astana)
2) Andy Schleck (Saxo Bank) à 4 min 11
3) Lance Armstrong (Astana) à 5 min 24
4) Bradley Wiggings (Garmin) à 6 min 01
5) Franck Schleck (Saxo Bank) à 6 min 04
6) Andreas Klöden (Astana) à 6 min 42
7) Vincenzo Nibali (Liquigas) à 7 min 35
8) Christian Vandevelde (Garmin) à 12 min 04
9) Roman Kreuziger (Liquigas) à 14 min 16
10) Christophe Le Mével (FDJ) à 14 min 25

Classement par points:

1) Thor Hushovd (Cervélo) 280 points
2) Mark Cavendish (Columbia) 270 points
3) Gerald Ciolek (Milram) 172 points
4) Jose Rojas (Caisse d'Epargne) 145 points
5) Tyler Farrar (Garmin) 136 points
6) Nicolas Roche (AG2R-La Mondiale) 122 points
7) Oscar Freire (Rabobank) 119 points
8) Franco Pellizotti (Liquigas) 104 points
9) Alberto Contador (Astana) 101 points
10) Andreas Klöden (Astana) 89 points

Classement de la montagne:

1) Franco Pellizotti (Liquigas) 210 points
2) Egoi Martinez (Euskaltel) 135 points
3) Alberto Contador (Astana) 126 points
4) Andy Schleck (Saxo Bank) 111 points
5) Pierrick Fedrigo (Bbox) 99 points
6) Christophe Kern (Cofidis) 89 points
7) Franck Schleck (Saxo Bank) 88 points
8) Mikel Astarloza (Euskaltel) 86 points
9) Juan Manuel Garate (Rabobank) 86 points
10) Sandy Casar (FDJ) 84 points

Meilleur jeune:

1) Andy Schleck (Saxo Bank)
2) Vincenzo Nibali (Liquigas)
3) Roman Kreuziger (Liquigas)
4) Pierre Rolland (Bbox)
5) Nicolas Roche (AG2R-La Mondiale)
6) Brice Feillu (Agritubel)
7) Peter Velits (Milram)
8) Chris Anker Sorensen (Saxo Bank)
9) Tony Martin (Columbia)
10) Youri Trofimov (Bbox)

Classement par équipes:

1) Astana
2) Garmin-Slipstream
3) Saxo Bank
4) AG2R-La Mondiale
5) Liquigas
6) Euskaltel-Euskadi
7) FDJ
8) Cofidis
9) Katusha
10) Agritubel

Bilan:

Le début a été long à se mettre en place, mais c'est pendant ce début que les trois victoires françaises ont eu lieu (Thomas Voeckler, Brice Feillu et Pierrick Fedrigo). Ce n'était pas là que se portait l'attention mais sur le conflit des chefs de l'équipe Astana, enfin réglé dans la montée sur Verbier quand Contador démarra comme une flèche et laissa sur place Armstrong, rattrapé par son âge. Le destin du Tour se signa à ce moment-là et Contador ne lâcha ensuite plus rien, faisant rouler son équipe dans la meilleure tradition armstrongienne et maîtrisant la course de main de maître même dans la montagne, son terrain de prédilection bien connu. Y compris dans le dernier contre la montre, qu'il gagna pour 3 secondes sur Fabian Cancellara. Il s'impose donc pour sa seconde victoire sur le Tour comme un grand champion qui, par son jeune âge, peut encore aller très loin.
Pourtant, même s'il y a eu de très bons moments, certaines étapes étaient ennuyeuses à mourir, et le plus intéressant était encore les commentaires sur le patrimoine de Jean-Paul Ollivier et les blagues de Laurent Fignon (chapeau, commenter avec le planning de chimio, il fallait le faire !). Mais il n'y a plus ces moments où l'on vibre sous l'exploit, peut-être quand les français ont gagné, et encore ! On n'a plus tellement d'illusions non plus, dès qu'on a un gars qui fait quelque chose de particulier on pense tout de suite qu'il est dopé, même si on a pas encore eu d'affaire cette année. Mais enfin ça reste le Tour quand même...

dimanche 26 juillet 2009

Mahes Rê; quelques photos récentes ^^

Me suis amusée avec mon nouveau portable (enfin le portable tactile que j'ai hérité de mon petit frère), et voilà quelques photos du fauves très récentes:



"Fatigué de naissance, moi ? mais à quoi voyez-vous ça ? Je suis aussi un chat qui se cultive, non mais ! Je dors sur le "Da Vinci Code !" "

Là il a vu l'appareil photo et fait le beau sur son arbre à chat (notez le rayon de soleil par la fenêtre alors qu'il venait de tomber des cordes...)

Etape 20: Montélimar-Mont Ventoux

C'était l'étape attendue par tous tant le Ventoux écrase et fait peur (rappelons la mort de Tom Simpson sur ses pentes, victime du dopage et de la chaleur, et les victoires d'Armstrong et de Pantani). Dès le km 3, un groupe se forme, composé de Roulston (CTT), Garate, Posthuma (RAB), Martin (THR), Riblon (ALM), Kuschynski (LIQ), Geslin (FDJ), Dumoulin (COF), Righi (LAM), Bonnet (BBO), Bouet (AGR), Lemoine et Timmer (SKS), rejoints au km 25 par Delage (SIL), Perez Moreno (EUS) et Gutierrez (GCE). Ce groupe prendra plus de 10 min 35 sur le peloton, qui le laisse clairement partir dans un premier temps. Puis les coureurs de Saxo Bank se mettent à rouler, sans appuyer cependant. Quand c'est Astana qui se met à rouler, réellement cette fois, une cassure se produit dans le peloton. Sastre et Evans étant piégés, des équipes comme Garmin et Saxo Bank aident Astana pour creuser le trou.
Les échappés n'ont plus que 4 min quand ils arrivent au pied de l'ascension du Ventoux. Garate part alors, suivi de Tony Martin, explosant ce groupe de tête. Derrière, les frères Schleck attaquent, réduisant le peloton a un tout petit groupe d'une dizaine de coureurs: Contador, Armstrong, Klöden, Vanden Broeck, A. et F.Schleck, Wiggins, Pellizotti, Kreuziger et Nibali en sont les chevilles ouvrières. Pellizotti va partir à 5 km de l'arrivée pour chasser les deux premiers et ainsi prendre encore des points, mais ne les reverra jamais. Le sprint aura lieu entre Martin et Garate, dont l'expérience lui permettra de triompher sur le jeune coureur de Columbia, signant une première victoire espagnole sur le Mont Chauve.

Vainqueur d'étape: Juan Manuel Garate (Rabobank)

Combattif du jour: Tony Martin (Columbia)

Classement général:

Il ne bougera plus...

1) Alberto Contador (Astana)
2) Andy Schleck (Saxo Bank) à 4 min 11
3) Lance Armstrong (Astana) à 5 min 24
4) Bradley Wiggins (Garmin) à 6 min 01
5) Franck Schleck (Saxo Bank) 6 min 04

Classement par points:

Celui-là peut encore bouger à cause du sprint des Champs...

1) Thor Hushovd (Cervélo) 260 points
2) Mark Cavendish (Columbia) 235 points
3) Gerhard Ciolek (Milram) 148 points
4) Jose Rojas (Caisse d'Epargne) 126 points
5) Nicolas Roche (AG2R-La Mondiale) 122 points

Classement de la montagne:

Celui-là est plié, bravo Pellizotti !

1) Franco Pellizzotti (Liquigas) 210 points
2) Egoi Martinez (Euskaltel) 135 points
3) Alberto Contador (Astana) 126 points
4) Andy Schleck (Saxo Bank) 111 points
5) Pierrick Fedrigo (Bbox) 99 points

Meilleur jeune:

1) Andy Schleck (Saxo Bank)
2) Vincenzo Nibali (Liquigas)
3) Roman Kreuziger (Liquigas)
4) Pierre Rolland (Bbox)
5) Nicolas Roche (AG2R-La Mondiale)

Classement par équipes:

1) Astana
2) Garmin
3) Saxo Bank
4) AG2R-La Mondiale
5) Liquigas

Sauf coup de théâtre, les classements ne changeront pas...rendez-vous dans le prochain et dernier billet pour la dernière étape, les classements définitifs et le bilan...

Etape 19: Bourgoin-Jallieu-Aubenas

C'était la dernière étape qui était donnée aux sprinteurs de briller un peu vu que ça ne montait pas beaucoup. Au km 9, une échappée part, composée de Evans (SIL), Popovych (AST), Millar (GRM), Kirchen (THR), Arrieta (ALM), Arroyo, Sanchez (GCE), Duque (COF), Spilak (LAM), Barredo (QST), Perez Moreno (EUS), Riblon, Roche (ALM), Bennati (LIQ), Gutierrez (GCE), Chavanel (QST), Vandenbergh (KAT) et Hivert (SKS). Seulement, la formation Rabobant roule derrière, et ils ne prendront pas grande avance. Certains attaquent mais échouent. Dans la montée vers le col de l'Escrinet, Laurent Lefèvre attaque, suivi d'Alessandro Balan, le champion du monde. Derrière, le peloton a commencé son tri par accélération et les reprendra au km. Il y aura un sprint massif que remportera, pour ne pas changer, Mark Cavendish pour une cinquième victoire.

Vainqueur d'étape: Mark Cavendish (Columbia)

Combattif du jour: Léonardo Duque (Cofidis)

Maillot jaune: Alberto Contador (Astana)

Maillot vert: Thor Hushovd (Cervélo)

Maillot à pois: Franco Pellizzotti (Liquigas)

Maillot blanc: Andy Schleck (Saxo Bank)

Classement par équipes: Astana

vendredi 24 juillet 2009

Etape 18: Contre la montre Annecy-Annecy

Les écarts s'étaient creusé la veille (Andy et Franck Schleck à 2 min 26 et 3 min 25, Armstrong à 3 min 55) à cause de la haute montagne casse pattes, et c'était l'occasion pour certains de reprendre un peu de temps. Pendant un bon moment, c'est Fabian Cancellara qui a été en tête du classement...jusqu'à Contador, qui pulvérise les premiers points intermédiaires mais perd du temps ensuite pour n'avoir à l'arrivée que 3 s de moins que Cancellara.
Armstrong, s'il n'est plus le maître du contre la montre qu'on a connu, termine 16ème mais reprend sa place sur le podium, bonne opération pour lui.

Si les classements secondaires semblent pliés vu les écarts de points, les accessits au classement général vont faire l'objet d'une âpre bataille non aujourd'hui (pff encore une étape de demi-plat) mais demain, avec l'ascension du mont Ventoux...

Vainqueur d'étape: Alberto Contador (Astana)

Classement général:

1) Alberto Contador (Astana)
2) Andy Schleck (Saxo Bank) à 4 min 11
3) Lance Armstrong (Astana) à 5 min 25
4) Bradley Wiggins (Garmin) à 5 min 36
5) Andreas Klöden (Astana) à 5 min 38

Classement par points:

1) Thor Hushovd (Cervélo) 230 points
2) Mark Cavendish (Columbia) 200 points
3) Jose Rojas (Caisse d'Epargne) 126 points
4) Gerald Ciolek (Milram) 122 points
5) Tyler Farrar (Garmin) 110 points

Classement de la montagne:

1) Franco Pellizotti (Liquigas) 196 points
2) Egoi Martinez (Euskaltel) 118 points
3) Pierrick Fedrigo (Bbox) 99 points
4) Christophe Kern (Cofidis) 89 points
5) Alberto Contador (Astana) 88 points

Meilleur jeune:

1) Andy Schleck (Saxo Bank)
2) Vincenzo Nibali (Liquigas)
3) Roman Kreuziger (Liquigas)
4) Brice Feillu (Agritubel)
5) Pierre Rolland (Bbox)

Classement par équipes:

1) Astana
2) Garmin
3) AG2R-La Mondiale
4) Saxo Bank
5) Liquigas

Etape 17: Bourg Saint Maurice-Le Grand Bornand

Etape de très haute montagne, mais qui a vu enfin l'explication que l'on attendait. Dès le km 0 les attaques partent, mais un groupe composé de Sylvain Chavanel (QST), Van den Broeck (SIL), Menchov (RAB), Zabriskie (GRM), Perez Moreno, Verdugo (EUS), Montfort (THR), Arrieta (ALM), Pellizotti (LIQ), Casar (FDJ), Uran (GCE), Kern, Pauriol (COF), Bruseghin (LAM), Voeckler, Rolland (BBO), Chavanel (QST) et Lequatre (AGR). Hushovd, Martinez et Txurruka parviennent à les rejoindre dans la descente du cormet de Roselend, puis Hushovd parvient à les planter là et part tout seul devant le groupe pour aller prendre les points des deux sprints prévus afin d'assurer son maillot vert.
Derrière, Sastre lance les hostilités et épure le peloton. Il ne reste plus après ça qu'une dizaine de coureurs, les favoris. Deux groupes se créent, l'un avec les frères Schleck, Contador et Klöden et l'autre avec Armstrong, Vandevelde et Nibali. Van den Broek, qui était toujours devant à ce moment là, est déposé par les deux groupes dans la montée vers le col de la Colombière. C'est le groupe Contador / Schleck qui parviendra à faire la descente en tête sans Klöden, incapable de suivre. L'allemand sera rattrapé par Armstrong et Nibali mais ceux-ci ne reverront pas le maillot jaune et les frères luxembourgeois. Contador, grand seigneur, laissera Franck Schleck gagner, prenant lui-même la seconde place.

Vainqueur d'étape: Franck Schleck (Saxo Bank)

Combattif de l'étape: Thor Hushovd (Cervélo)

Tableau d'honneur:

Maillot jaune: Alberto Contador (Astana)

Maillot vert: Thor Hushovd (Cervélo)

Maillot à pois: Franco Pellizzotti (Liquigas)

Maillot blanc: Andy Schleck (Saxo Bank)

Classement par équipes: Astana

Par leur chevauchée avec Contador, les frères Schleck ont réussi à détrôner Armstrong de sa place. Le texan a donc l'occasion, dans le contre la montre où il excelle ordinairement, de leur reprendre sa place....

mercredi 22 juillet 2009

Etape 16: Martigny-Bourg saint Maurice

Cette étape de haute montagne quittait la Suisse, passait par la vallée d'Aoste en Italie pour revenir en France en Haute Savoie. Deux cols étaient au programme, le Grand Saint Bernard et le petit Saint Bernard. Une grande échappée partie dès les départ, mais deux hommes, le maillot à pois Franco Pellizotti et Vladimir Karpets s'en extraient et grimperont le Grand Saint Bernard seuls. Ils seront rejoints en vallée d'Aoste, au km 98. Entretemps, le premier groupe s'est augmenté de quelques coureurs et ils sont 18 au moment où s'annonce la montée du Petit Saint Bernard. Ce sera encore Pellizotti qui aura les points de ce col, seulement suivi par Van den Broek, Moinard et Astarloza, qui ont seuls réussi à suivre.
Derrière eux c'est la Saxo Bank qui opère le tri. Andy Schleck provoque encore une accélération, seuls Contador, Klöden, F.Schleck, Wiggins et Nibali arrivent à suivre. Armstrong, lâché un moment, comble aisément 40 secondes, faisant taire ses détracteurs tant il est facile. Dans la descente, Jens Voigt chute lourdement, il sera évacué sur l'hopital avec un traumatisme crânien, son casque lui a sauvé la vie.
Devant, Casar, Roche, Goubert et Fedrigo poursuivent les hommes de tête. Moinard essaie de partir, mais c'est Astarloza qui parviendra à le faire à l'entrée de Bourg Saint Maurice pour aller gagner.

Vainqueur d'étape: Mikel Astarloza (Euskaltel Euskadi)

Combattif du jour: Franco Pellizotti (Liquigas)

Classement général

1) Alberto Contador (Astana)
2) Lance Armstrong (Astana) à 1 m 37
3) Bradley Wiggins (Garmin) à 1 mn 46
4) Andreas Klöden (Astana) à 2 min 17
5) Andy Schleck (Saxo Bank) à 2 min 26

Classement par points

1) Thor Hushovd (Cervélo) 218 points
2) Mark Cavendish (Columbia) 200 points
3) Jose Rojas (Caisse d'Epargne) 126 points
4) Gerhard Ciolek (Milram) 122 points
5) Tyler Farrar (Garmin) 110 points

Classement de la montagne

1) Franco Pellizotti (Liquigas) 159 points
2) Egoi Martinez (Euskaltel) 101 points
3) Pierrick Fedrigo (Bbox) 97 points
4) Mikel Astarloza (Euskaltel) 86 points
5) Sandy Casar (FDJ) 71 points

Meilleur jeune

1) Andy Schleck (Saxo Bank)
2) Vincenzo Nibali (Liquigas)
3) Roman Kreuziger (Liquigas)
4) Brice Feillu (Agritubel)
5) Peter Velits (Milram)

Classement par équipe

1) Astana
2) AG2R-La Mondiale
3) Garmin
4) Milram
5) Saxo Bank

Aujourd'hui de la très haute montagne, de nombreux cols qui vont faire indéniablement le tri...

lundi 20 juillet 2009

Apollo 11: 40 ans !


Je n'étais pas née, mais la conquête de l'espace est un de mes centres d'intérêt depuis de nombreuses années et je ne peux m'empêcher de souligner cet événements puisque toutes les télés en parlent (je vous dis pas comme j'ai pas assez d'yeux pour tout regarder !).


Voici 40 ans, deux hommes, Neil Armstrong et Buzz Aldrin, à bord du LEM (module lunaire) Eagle, ont posé le pied sur notre satellite naturel.


Ils étaient partis plusieurs jours auparavant à bord d'une fusée Saturn 5, la plus grande fusée jamais construite (si l'on excepte la N1 russe, destinée elle aussi à aller sur la Lune mais qui ne vit jamais que le pas de tir), propulsée par des moteurs à ergols liquides. Ce lanceur consommable à étages était destiné à les mettre en orbite terrestre de transfert puis en TMI (trans moon injection). Une fois là, ils devaient extraire le LEM du troisième étage devenu inutile, manoeuvre perilleuse, puis commença un voyage de plusieurs jours pour la Lune. Une poussée de ralentissement les mit ensuite en orbite lunaire basse, et, après une check-list de contrôle, Armstrong (nom à la mode en ce moment on dirait) et Aldrin s'installent dans le LEM alors que Collins, le troisième homme, restera dans le module de commande (CM) Columbia. La descente du LEM ne fut pas sans difficulté, puisqu'un problème informatique la ponctua (erreur "12-02", surcharge mémoire), réglé par une pointure du MIT qu'on tira du lit. Ensuite, la zone choisie à la base n'était pas assez plane, et Armstrong dut piloter le LEM pour le poser, in extremis, sur la Mer de la Tranquillité. Vint ensuite l'EVA (activité extravéhiculaire, sortie, quoi) qui vit les mots que nous connaissons tous prononcés, mais la NASA n'avait pas voulu prendre de risques (les EVA représentent 2h31 seulement) et les deux hommes ne restèrent que 21h35 sur la Lune, moins d'un jour, avant de remonter et de reprendre place dans le CM pour le retour terrestre effectué dans le Pacifique non loin du porte-avion Hornet chargé de les récupérer.


Cette mission était la numéro 11, mais je n'aurais garde de ne pas oublier la mission Apollo 1, composée d'Ed White, de Gus Grissom et de Roger Chaffee, qui prit feu sur le pas de tir le 27 janvier 1967 et causa leur mort. Il fallut plusieurs mois et de profondes restructurations pour qu'une mission Apollo (Apollo 7, octobre 1968) puisse décoller et tester point par point les éléments matériels en orbite terrestre (lanceur (Saturn 1B), capsule Apollo) puis s'approcher de la Lune en utilisant pour la première fois Saturn en configuration lunaire (Saturn 5) (Apollo 8, décembre 1968), tester le LEM (Apollo 9 et 10, mars et mai 1969) puis, enfin, s'y poser (Apollo 11, juillet 1969).


A la suite d'Apollo 11, il y eut encore six missions, dont la plus connue est Apollo 13 par le film du même nom, qui fut la seule à ne pas alunir. Après Apollo 17, la NASA abandonna le programme trop coûteux pour le programme Skylab puis la navette spatiale...

Etape 15: Pontarlier-Verbier

Enfin, voici l'étape qui a permis à Contador de taper un grand coup. Ce n'était pas une étape de montagne à proprement parler, à part la montée sur Verbier et un ou deux cols. En tout cas une configuration d'étape de plaine, une échappée et le peloton en chasse-patates derrière (Van den Broek (SIL), Cancellara (SAX), Hesjedal (GRM), Astarloza (EUS), Gutierrez (GCE), Fedrigo (BBO), Moinard, Moncoutié (COF) et Spilak (LAM) dans l'échappée à la base, rejoints par Flecha plus tard). Ils ne prendront guère plus de 3 min sur le peloton guidé par les Astana, mais le groupe se disloque après le passage du col des Mosses, suivi par le peloton dynamité par les Saxo Bank dans les premières rampes de la montée vers Verbier. Spilak, parti tout seul, sera rejoint et, pendant la montée, Contador place sa contre-attaque, suivi par Andy Schleck, seul à pouvoir le suivre, laissant Armstrong sur place, aidé par Klöden. L'espagnol ira gagner à Verbier, prenant du même coup le maillot jaune et assenant le coup qu'on attendait sur le Tour.

Vainqueur d'étape: Alberto Contador (Astana)

Combattif du jour: Simon Spilak (Lampre)

Classement général

Enfin un peu bouleversé !

1) Alberto Contador (Astana)
2) Lance Armstrong (Astana) à 1 mn 37
3) Bradley Wiggins (Garmin) à 1 min 46
4) Andreas Klöden (Astana) à 2 min 17
5) Andy Schleck (Saxo Bank) à 2 min 26

Classement du maillot vert

1) Thor Hushovd (Cervélo) 218 points
2) Mark Cavendish (Columbia) 200 points
3) Jose Rojas (Caisse d'Epargne) 126 points
4) Gerhard Ciolek (Milram) 122 points
5) Tyler Farrar (Garmin) 110 points

Classement du maillot à pois

1) Franco Pellizotti (Liquigas) 109 points
2) Egoi Martinez (Euskaltel) 101 points
3) Pierrick Fedrigo (Bbox) 65 points
4) Brice Feillu (Agritubel) 64 points
5) Christophe Kern (Cofidis) 63 points

Classement du meilleur jeune

1) Andy Schleck (Saxo Bank)
2) Vincenzo Nibali (Liquigas)
3) Tony Martin (Columbia)
4) Roman Kreuziger (Liquigas)
5) Brice Feillu (Agritubel)

Classement par équipes

1) Astana
2) AG2R-La Mondiale
3) Saxo Bank
4) Milram
5) Columbia-HTC

Demain et mercredi, du gros, du lourd, de la montagne qui risque encore de bouleverser davantage le classement puisque désormais les adversaires d'Armstrong ont compris qu'il n'était pas inattaquable et donc vont essayer de prendre sa place. En tout cas, le conflit de chefs chez Astana semble être résolu, c'est Contador le plus fort (logique vu son âge, en même temps)...

A suivre demain !

dimanche 19 juillet 2009

17 juillet 2008-17 juillet 2009: bon anniversaire Mahes Rê !


Hé oui, vendredi le mini monstre a eu un an...comme ça a passé vite !! Maintenant c'est un gros père de 4 kgs 7 qui a sa taille adulte mais aime toujours autant voyager en train ^^
Bon anniversaire mon gros !!

Etape 14: Colmar-Besançon

Etape de relatif plat, dans laquelle une échappée part dès le km 14. Elle comporte 13 coureurs (Roulston (CTT), Voigt (SAX), Maaskant (GRM), Hincapie (THR), Roche (ALM), Bennati, Willems (LIQ), LeMevel (FDJ), Minard (COF), Righi (LAM), Ivanov (KAT), Ciolek (MRM) et Timmer (SKS) ). Cette échappée parvient à prendre un avantage de 5 min 25, soit le temps exact qui permettrait à Hincapie de prendre le maillot jaune à l'arrivée. Derrière eux, AG2R va se mettre à rouler, mais sans reprendre d'avantage notable. Le groupe se cassera à 13 km de l'arrivée, et Serguei Ivanov ira gagner à Besançon alors que, derrière lui, l'équipe Columbia, tiraillée trop longtemps entre l'éventualité d'un maillot jaune ou d'un maillot vert, lancera trop tard le sprint. Ceci, d'ailleurs, causera une faute qui sera jugée par les commissaires.

Triste accident survenu plus tôt: une dame a été fauchée par une moto de la garde républicaine et est morte sur le coup. Elle avait tenté de traverser devant le peloton.

Vainqueur d'étape: Serguei Ivanov (Katusha)

Combattif de l'étape: Martijn Maaskant (Garmin)

Classement général:

1) Rinaldo Nocentini (AG2R-La Mondiale)
2) Georges Hincapie (Columbia) à 5 s
3) Alberto Contador (Astana) à 6 s
4) Lance Armstrong (Astana) à 8 s
5) Christophe Le Mével (FDJ) à 43 s

Classement du maillot vert:

1) Thor Hushovd (Cervélo) 218 points
2) Mark Cavendish (Columbia) 200 points
3) Jose Rojas (Caisse d'Epargne)126 points
4) Gerhard Ciolek (Milram) 122 points
5) Tyler Farrar (Garmin) 110 points

Classement de la montagne

1) Franco Pellizotti (Liquigas) 98 points
2) Egoi Martinez (Euskaltel) 95 points
3) Brice Feillu (Agritubel) 64 points
4) Christophe Kern (Cofidis) 59 points
5) Sylvain Chavanel (Quickstep) 53 points

Meilleur jeune

1) Tony Martin (Columbia)
2) Vincenzo Nibali (Liquigas)
3) Andy Schleck (Saxo Bank)
4) Roman Kreuziger (Liquigas)
5)Brice Feillu (Agritubel)

Classement par équipes

1) AG2R-La Mondiale
2) Milram
3) Columbia-HTC
4) Saxo Bank
5) Astana

samedi 18 juillet 2009

Bilan général étapes 9 à 12

Si je n'avais pas internet dans les Vosges (merci les orages qui ont assassiné la livebox de ma mère !!), j'ai pu regarder les étapes chez mon frère, et il en est ressorti un grand sentiment d'ennui toute cette semaine. J'attendais beaucoup de l'étape de dimanche mais, à part une troisième victoire française apportée par Pierrick Fedrigo, je suis restée sur ma faim sur cette étape de montagne escamotée et ennuyeuse.

C'était encore pire mardi dans l'étape entre Limoges et Issoudun, boycottée par les coureurs à qui on avait enlevé leurs oreillettes joujous (Hinault n'a pas mâché ses mots à ce sujet d'ailleurs) et remportée quand même au sprint par Cavendish.

Mercredi, entre Vatan et Saint Fargeau, c'était un peu la même configuration, le duo d'échappés s'est fait reprendre, re sprint et re-Cavendish...

Jeudi, encore étape de plat entre Tonnerre et Vittel mais cette fois l'échappée est allée au bout de justesse et la ville d'eau vosgienne sous la chaleur a vu la victoire de Nicky Sorensen.

Hier, c'était des trombes d'eau pour l'étape montagnarde vosgienne, et je suis bien placée pour le savoir puisque je suis allée attendre les coureurs à Remiremont avec mon frère. Heureusement, ils ne roulaient pas trop vite et nous avons pu apercevoir les maillots distinctifs. On a beau dire, c'est impressionnant...

J'ai pu voir le reste de l'étape à la TV, la traversée des cols vosgiens sous la pluie et dans le froid par Haussler, Chavanel et leurs poursuivants. J'aurais bien aimé voir un français gagner chez moi mais c'est un allemand, Haussler, qui a tenu le coup dans l'enfer qu'ont été ces cols et leurs descentes glissantes où il n'y a pas eu d'accidents, par chance...

Alors, bilan des classements en ce samedi:

Classement général:

c'est lassant, mais pas de changement notable

1) Rinaldo Nocentini (AG2R-La mondiale)
2) Alberto Contador (Astana) à 6 s
3) Lance Armstrong (Astana) à 8 s
4) Bradley Wiggings (Garmin) à 46 s
5) Andreas Klöden (Astana) à 54 s

Le classement a remonté d'un cran suite à l'abandon de Leipheimer sur chute.

Classement à points

1) Thor Hushovd (Cervélo) avec 205 points
2) Mark Cavendish (Columbia) avec 200 points
3) Jose Rojas (caisse d'épargne) 116 points
4) Tyler Farrar (Garmin) 110 points
5) Gerhard Ciolek (Milram) 100 points

Point n'est besoin d'être grand clerc pour deviner que le maillot se jouera entre Hushovd et Cavendish.

Classement de la montagne:

1) Franco Pelizzotti (Liquigas) à 98 points
2) Egoi Martinez (Euskaltel) à 95 points
3) Brice Feillu (Agritubel) à 64 points
4) Christophe Kern (Cofidis) à 59 points
5) Sylvain Chavanel (Quickstep) à 53 points

Difficile à dire, mais ça peut encore changer suite aux Alpes et au Ventoux...

Classement du meilleur jeune:

1) Tony Martin (Columbia)
2) Andy Schleck (Saxo Bank)
3) Vincenzo Nibali (Liquigas)
4) Roman Kreuziger (Liquigas)
5) Brice Feillu (Agritubel)

Classement par équipes:

1) Saxo Bank
2)AG2R-La Mondiale
3) Astana
4) Milram
5) Columbia-HTC

Une seconde semaine donc assez terne, et j'espère vivement que ça va un peu se réveiller dans les Alpes, qu'enfin les favoris se départagent un peu...

dimanche 12 juillet 2009

Etape 8: Andorre la Vieille-Saint Girons

Seconde étape pyrénéenne, mais qui n'a pas vu les favoris en découdre comme on l'espérait. La difficulté était présente dès le début, avec le port d'Envalira qui culmine à plus de 2000 m, et les attaques ont été nombreuses, comme celle de Sandy Casar qui part au km 15, prend un peu d'avance avant d'être rejoints par ses poursuivants Evans, Zabriskie, Efimkin, Kern et Martinez. Hushovd, qui veut aller jouer le sprint dans la plaine, Cancellera, Flecha et Hincapie. Derrière eux, Astana met en route tandis que Kern et Martinez quittent le groupe et qu'Ignatiev et Luis Leon Sanchez l'intègrent. La montée vers le col d'Agnes écrème le groupe de tête et ils ne sont bientôt plus que 4 devant, dont Casar, parfois distancé mais jamais lâché. Dans le peloton, une accélération d'Andy Schleck provoque un tri par l'arrière (abandon d'Oscar Pereiro, vainqueur du Tour 2006), mais les échappés ont encore 2"45 à la bascule, ce qui leur permet d'envisager la victoire. Efimkin place le premier coup à 10 km de l'arrivée, mais est repris ensuite Casar tente sa chance, parvient à prendre un peu de large dans un sprint qui s'organise mais sera coiffé sur la ligne par Sanchez, qui dédie sa victoire à son frère mort dans un accident en 2005. C'est la cinquième fois que le français termine deuxième dans une étape du Tour.

Classement de l'étape:

1) Luis-Leon Sanchez (Caisse d'Epargne)
2) Sandy Casar (FDJ)
3) Mikel Astarloza (Euskaltel Euskadi)
4) Vladimir Efimkin AG2R-La Mondiale)
5) Jose Rojas (Caisse d'Epargne)

Classement général:

1) Rinaldo Nocentini (AG2R-La Mondiale)
2) Alberto Contador (Astana) à 6 s
3) Lance Armstrong (Astana) à 8 s
4) Levi Leipheimer (Astana) à 39 s
5) Bradley Wiggins (Garmin) à 46 s

Classement du maillot vert:

1) Thor Hushovd (Cervélo) 117 points
2) Mark Cavendish (Columbia) 106 points
3) Gerhard Ciolek (Milram) 66 points
4) Jose Rojas (Caisse d'Epargne) 65 points
5) Fabian Cancellara (Saxo Bank) 55 points

Classement du maillot à pois:

1) Christophe Kern (Cofidis), 59 points
2) Egoi Martinez (Euskaltel), 54 points
3) Brice Feillu (Agritubel), 49 points
4) Christophe Riblon (AG2R-La Mondiale), 46 points
5) Sandy Casar (FDJ), 43 points

Classement du meilleur jeune

1) Tony Martin (Columbia)
2) Andy Schleck (Saxo Bank)
3) Vincenzo Nibali (Liquigas)
4) Roman Kreuziger (Liquigas)
5) Brice Feillu (Agritubel)

Combattif du jour: Sandy Casar (FDJ)

Aujourd'hui du gros, du lourd avec les cols mythiques d'Aspin et du Tourmalet entre Saint Gaudens et Tarbes.

samedi 11 juillet 2009

Etape 7: Barcelone-Andorre Arcalis

Première grande étape de montagne, mais qui se comporte un peu comme une étape de plaine: une échappée qui part au premier kilomètre, se fournit d'autres coureurs et prend une avance impressionnante. Martinez, Riblon et Guttierez sont partis en premier, rejoints plusieurs kilomètres après par Nocentini, Kuschynski, Kern, Pineau, Brice Feillu et Fröhlinger. Ils prendront un avantage maximal de 14 min 20 au km 5, mais Astana, qui joue le classement général et ne veut pas laisser échapper le maillot jaune alors virtuellement sur les épaules de Nocentini le mieux placé, finit par mettre en route derrière eux. L'écart diminue jusqu'à atteindre un peu plus de 11 minutes à l'arrivée en Andorre. Dynamité par la locomotive Astana, le peloton s'étire, puis finit par se casser, ne comportant plus que 70 coureurs au pied d'Arcalis. Les hommes de têtes, eux, commencent à temporiser et perdent encore du temps. A 5 km de l'arrivée, Brice Feillu, le jeune grimpeur de chez Agritubel, tente un coup et part tout seul, suivi par Christophe Kern, qui pourtant ne le rejoindra pas. Le néo pro passe donc la ligne quasi seul, alors que plus bas Contador a laissé ses adversaires sur place en plaçant une accélération, donnant un message fort à ses adversaires.

Classement de l'étape:

1) Brice Feillu (Agritubel)
2) Christophe Kern (Cofidis)
3) Johannes Fröhlinger (Milram)
4) Rinaldo Nocentini (AG2R-la Mondiale)
5) Egoi Martinez (Euskaltel-Eukadi)
6) Christophe Riblon (AG2R-La Mondiale)
7) Jérôme Pineau (Quickstep)
8) Jose Guttierrez (Caisse d'Epargne)
9) Alberto Contador (Astana)
10) Cadel Evans (Silence Lotto)

(on y retrouve en gros la composition de l'échappée au début)

Classement général:

Comme prévu, il est chamboulé...

1) Rinaldo Nocentini (AG2R-La Mondiale)
2) Alberto Contador (Astana) à 6 secondes
3) Lance Armstrong (Astana) à 8 secondes
4) Levi Leipheimer (Astana) à 39 secondes
5) Bradley Wiggins (Garmin Slipstream) à 46 secondes

Classement du meilleur sprinteur:

Serré, lui aussi !

1) Mark Cavendish (Columbia), 106 points
2) Thor Hushovd (Cervélo), 105 points
3) Gerhard Ciolek (Milram), 66 points

Classement de la montagne:

1) Brice Feillu (Agritubel), 49 points
2) Christophe Riblon (AG2R-La Mondiale), 46 points
3) Christophe Kern (Cofidis), 46 points

Classement du meilleur jeune:

1) Tony Martin (Columbia)
2) Andy Schleck (Saxo Bank)
3) Vincenzo Nibali (Liquigas)

Combattif du jour: Christophe Riblon (AG2R-La Mondiale)

Aujourd'hui, la haute montagne continue entre Andorre et Saint Girons...

vendredi 10 juillet 2009

Etape 6: Gérone-Barcelone

Etape purement espagnole, sur laquelle on attendait la grande chaleur mais qui a vu une pluie diluvienne. Le parcours longeait le bord de la mer, la costa brava avant l'arrivée en côte à Barcelone près du complexe olympique.

Les attaques commencent dès le départ de l'étape, notamment avec celle de Zabriskie, mais ce ne sera que plus tard que trois hommes vont prendre le large, Millar, Augé et Txurruka. Mais le peloton ne les laissera pas s'éloigner, mené par l'équipe Astana mais aussi par les Milram, Katusha et Rabobank.

Alors que l'échappée est condamnée, Millar part seul à 15 km de l'arrivée , il sera rattrapé à 1500 m de la ligne par le sprint massif des rescapés des chutes diverses (dont "la poisse" Boonen, comme les commentateurs l'ont surnommé). Thor Hushovd s'impose avant Freire, qui voulait absolument gagner en son pays.

Vainqueur d'étape: Thor Hushovd (Cervélo)

Maillot jaune: Fabian Cancellara (Saxo Bank)

Maillot vert : Mark Cavendish (Columbia)

Maillot du meilleur grimpeur: Stéphane Augé (Cofidis)

Maillot blanc: Tony Martin (Columbia)

Classement par équipes: Astana

Aujourd'hui première étape de montagne (montée sur Arcalis), le classement va-t-il enfin bouger un peu ?

jeudi 9 juillet 2009

Etape 5: Cap d'Agde-Perpignan (cocorico !)

Etape une fois de plus dictée par le vent, qui a vu partir une échappée au long cours d'abord initiée par le japonais Beppu, qui se désiste au km 10. Ensuite, l'échappée, d'abord composée de trois hommes, Geslin, Sapa et Voeckler, se complète de Ignatiev, Hutarovich et Timmer. L'échappée aura jusqu'à 9 min 35 avant que l' équipe Columbia, puis Saxo Bank et Astana ne se mettent à rouler pour réduire cet écart. Il y aura tout de même les bordures promises causées par le vent du bord de mer, le peloton se scindera en trois avant de se recoller quelques kilomètres plus tard par le ralentissement de l'équipe Astana. Une victime, Robert Gesink, qui chutera et ira jusqu'au bout, touché au bras et au genou gauche.

Devant, malgré les efforts déployés par le peloton, les échappés conservent toujours une marge supérieure à une minute. Vers 10 km, c'en est fait de la belle cohésion du groupe et Ignatiev attaque le premier, sans succès. A 5 km, c'est Voeckler qui part et ira gagner seul à seulement 7 secondes d'Ignatiev et sur le peloton.

Cinq années pile après sa prise de maillot jaune à Chartres et le jour de l'anniversaire de son directeur sportif, l'Alsacien réalise encore une belle victoire qui efface le contre la montre calamiteux de son équipe et ouvrira la porte, on l'espère, à d'autres victoires françaises.

Le classement n'est pas chamboulé, on attend de savoir comment Cancellara et Armstrong vont se départager mais la montagne qui arrive risque de jouer le rôle de juge de paix.

Vainqueur d'étape: Thomas Voeckler (BBox-Bouygues télécom)

Maillot jaune: Fabian Cancellara (Saxo Bank)

Maillot vert: Mark Cavendish (Columbia)

Maillot du meilleur grimpeur: Jussi Veikannen (FDJ)

Maillot blanc: Tony Martin (Columbia)

Classement par équipes: Astana

Aujourd'hui, étape espagnole entre Gérone et Barcelone...

mercredi 8 juillet 2009

Etape 4: Montpellier-Montpellier, contre la montre par équipes

J'écris ce billet alors que je viens d'établir un nouveau record du contre la montre pour revenir de la médiathèque sous la pluie en vélo. Il a suffi que j'arrive pour qu'il arrête de pleuvoir, arf...

Ceci pour parler du contre la montre d'hier sur un parcours terrible, pas du tout adapté aux dires des commentateurs et des coureurs à un contre la montre par équipes. Premières chutes dès le départ sur le même virage, temps moyens vu que les équipes ne prennent pas de risques. Le seul point intéressant fut la lutte entre les équipes Saxo Bank, équipe du maillot jaune Cancellara, Columbia de Mark Cavendish et Astana d'Armstrong et Contador. Les dernières minutes d'Astana, avec un Armstrong impressionnant de puissance, furent tendues et il apparut, après passage par les commissaires, qu'Armstrong et Cancellara étaient ex aequo et que donc, les centièmes de seconde du premier contre la montre comptant dans ce cas, Cancellara conservait son maillot pour 22 centièmes de secondes, du jamais vu !!!

Les grands perdants de la journée: Menchov, qui a encore chuté, et l'équipe bbox-Bouygues télécom, victime d'une chute collective.

Les grands gagnants: l'équipe russe Katusha, bien placée, Armstrong, à portée du maillot jaune, et l'équipe Astana, qui a quatre coureurs dans les cinq premiers

Vainqueur d'étape: équipe Astana

Maillot jaune: Fabian Cancellara (Saxo Bank)

Maillot vert: Mark Cavendish (Columbia)

Maillot blanc à pois rouge: Jussi Veikannen (FDJ)

Maillot blanc: Tony Martin (Columbia)

Classement par équipes: Astana

mardi 7 juillet 2009

Le bac...souvenirs

Bah oui, pour moi les résultats du bac c'était le 2 juillet 1994, avec encore les catégories A, B, C et D. Personnellement c'était A2, lettres et langues, avant le changement du bac l'année suivante qui est devenu ce qu'on connaît actuellement.

Je regardais tout à l'heure à la télévision ces lycéens en train de hurler, et je me suis souvenue que moi, je n'avais pas connu ça. Curieusement, mon centre d'examen était à Epinal, au lycée Lapicque, alors que moi j'étais scolarisée à Gérardmer, et, comme mon père travaillait là-bas à l'époque et que les résultats étaient affichés à dix-sept heures, c'était lui qui y était allé pour moi. J'attendais à la maison, et il a fini par m'appeler en me disant qu'il ne me voyait pas sur les listes. Je manque m'évanouir, et il me dit qu'il y retourne pour voir mieux vu qu'il a failli se faire renverser par des hordes de lycéens en folie. Il rappelle dix minutes plus tard en disant qu'il n'avait pas regardé sur la bonne liste et que donc j'étais admise avec mention assez bien. Vraiment, ça a été les dix minutes les plus longues de ma vie...

Souvenirs, souvenirs, ça ne me rajeunit pas...

Etape 3: Marseille-La Grande Motte

J'ai eu le courage de rester devant, et il m'est vraiment arrivé de piquer du nez tant c'était long. Bon, il y avait du vent selon les commentateurs, mais on voyait vraiment que pendantu un bon moment le peloton se laissait vivre. Pourtant, tout le monde avait prédit que cette étape serait terrible, avec des bordures et tout, mais il a fallu attendre les vingt kilomètres avant l'arrivée pour qu'enfin il se passe quelque chose. Enfin, dès le début ou presque, quatre hommes prennent le large: Samuel Dumoulin (Cofidis), Maxime Bouet (Agritubel), Koen de Kort (Skil-Shimano) et Ruben Perez Moreno (Euskaltel), et ils auront jusqu'à 12 min avant d'être repris à 27 km de l'arrivée. Auparavant s'est produit la bordure crainte, une cassure dans le peloton, suite à une accélération causée par l'équipe Columbia. Contador n'a pas su prendre le bon groupe, il se retrouve derrière, alors que toute l'équipe Columbia, des Saxo Bank, quelques Astana, dont Armstrong, et d'autres encore se retrouvent devant, prenant un peu de champ, jusqu'à avoir plus de quarante secondes à l'arrivée.

Résultat: un sprint massif encore remporté par Cavendish devant Hushovd.

Le grand vainqueur de la journée est cependant Armstrong, dont l'expérience a permis de se retrouver dans le bon groupe et qui fait un bond de sept places dans le général.

Vainqueur de l'étape: Mark Cavendish (Columbia)

Maillot jaune: Fabian Cancellara (Saxo Bank)

Maillot vert: Mark Cavendish (Columbia)

Maillot du meilleur grimpeur: Jussi Veikannen (Française des Jeux)

Maillot blanc: Tony Martin (Columbia)

Combattif de l'étape: Samuel Dumoulin (Cofidis)

Première équipe: Astana

Aujourd'hui, contre la montre par équipe et, l'équipe Astana étant ce qu'elle est, tous les regards seront tournés vers Armstrong, qui a des chances de terminer en jaune ce soir vu qu'il n'est séparé de Cancellara que par 40 secondes. Je n'aime pas trop regarder les contre-la-montre mais celui-là, finalement, se montrera peut-être intéressant...

dimanche 5 juillet 2009

Etape 1: Monaco (contre la montre), étape 2: Monaco-Brignoles

Hier avait lieu le premier contre-la-montre de ce Tour autour de Monaco, sans vraiment de surprises vu que c'est Fabian Cancellara, spécialiste de la discipline qui s'est imposé. Lance Armstrong, surmédiatisé et que tout le monde attendait, prend la dixième place alors qu'Alberto Contador pointe à la seconde place, à 18 secondes de Cancellara.

Aujourd'hui, c'était la première véritable étape entre Monaco et Brignoles, 187 km sous un soleil écrasant. Dès le départ fictif les attaques commencent, mais un groupe de quatre hommes (Augé, Dessel, Clement et Veikannen) parvient à prendre le large et comptera jusqu'à 5 min sur un peloton mené essentiellement par les Saxo Bank, équipe de Cancellara, appuyés vers la fin par les Cervelo et les Columbia. Au final, il y a eu un sprint massif et c'est l'anglais Mark Cavendish qui s'est imposé.

Cela cependant ne chamboule que très peu le classement général, mais, les quatre hommes de tête ayant accumulé les points pour le classement de la montagne, c'est l'un d'entre eux, le finlandais Veikannen, qui en hérite.

Vainqueur: Mark Cavendish

Maillot jaune: Fabian Cancellara (Saxo Bank)

Maillot vert: Mark Cavendish (Columbia)

Maillot à pois: Jussi Veikannen (Française des Jeux)

Meilleur jeune: Roman Kreuziger (Liquigas)

Combattif: Stef Clement (Rabobank)

samedi 4 juillet 2009

Le Tour 2009...c'est reparti !

Hé oui, comme tous les ans en juillet le Tour de France cycliste commence cet après-midi. Il partira de Monaco et commencera, comme la plupart du temps, par un contre-la-montre autour de la principauté. Cette année, point de passage à l'Alpe d'Huez mais une montée du Ventoux la veille de l'arrivée, connu pour être un enfer de chaleur, et quelques escales dans l'est, dont une à Vittel où j'irai très probablement. Le Tour passera aussi en Espagne, en Italie et en Suisse.

Comme vainqueur potentiel je pense bien sûr à Alberto Contador, s'il ne se laisse pas distraire par les déchirements de son équipe causés par le retour d'Armstrong. Ces dissenssions à l'intérieur d'Astana pourraient faire le jeu d'autres équipes, comme la Saxo Bank des frères Schleck par exemple, ou Cervelo que dirige à présent Carlos Sastre, le vainqueur sortant. Je ne pense pas qu'Armstrong puisse faire un coup d'éclat, après tout il n'a plus rien à prouver et il n'a plus non plus la condition, mais bon, vu l'homme et son passif ils seraient bien inspirés de s'en méfier tout de même. Je pense aussi à Cadel Evans, qui a aussi toutes ses chances s'il se motive un chouya.

Point de vue français nous n'aurons pas de maillot tricolore dans le peloton vu que c'est un coureur d'une équipe non présente qui a gagné le championnat de France. Mais bon, même si nous n'avons aucun champion d'envergure capable de gagner le Tour, quelques français pourraient gagner des étapes, comme l'année dernière, je pense notamment à Sylvain Chavanel. Cependant, difficile de dire quels français pourraient faire quelque chose, peut-être Moncoutié, avec son expérience de baroudeur, ou les quelques petits français vus l'année dernière, je pense notamment aux frères Feillu d'Agritubel ou à certains de l'équipe Française des Jeux.

Où est-il le temps où des grands champions se battaient dans la montagne et gagnaient le Tour avec 15 min d'avance ? Parfois je me remémore les Tours regardés avec feu mon grand-père (de qui je tiens mon goût pour le cyclisme), les exploits de Hinault, Fignon (bon, on sait qu'ils étaient pas nets à l'époque, même Fignon l'a dit), mais c'est une toute autre époque...

jeudi 2 juillet 2009

lassitudes diverses

Je dois avouer être lasse, lasse à cause de la chaleur qui cuit la Moselle depuis quelques jours (et le reste de la France vu qu'en quelques jours j'ai fait Orléans, Angers et Alençon et que c'était tout pareil) et lasse à cause de l'inertie des pouvoirs publics vis à vis de la montée du chômage et surtout vis à vis des chômeurs qu'on laisse livrés à eux-mêmes. C'est vous dire, je n'ai pas vu un conseiller Pôle Emploi depuis le mois de mars, et, vu comme c'est, je ne suis pas prête d'en voir un avant un certain temps. Heureusement qu'une amie qui est consultante dans un cabinet de DRH me coache et m'aide sinon je serais livrée à moi-même dans un "demerden sie sich" monumental. Faire des études et ramer comme ça, c'est de plus en plus le monde à l'envers...

Concernant l'info plus générale, j'ai suivi d'un oeil les tribulations du remaniement ministériel. Frédéric Mitterand sera toujours mieux qu'Albanel, mais reste à voir s'il aura franchement les coudées franches pour faire quelque chose pour la culture. Par contre, ce qui m'a choquée le plus, c'est Hortefeux à l'Intérieur, on lui donne ainsi les pouvoirs de bouter hors de France encore plus de sans-papiers impunément. Je ne sais pas pourquoi, ce type ne me plaît pas depuis qu'il était au ministère de l'identité nationale (ministère qui a disparu je crois...), et le voir ministre de l'Intérieur me plaît encore moins.
Enfin, ce n'est là qu'un léger détail dans la gigantesque pantalonade que nous joue le gouvernement actuellement, après le mea culpa du président et, et hop, revient ensuite à la charge pour continuer à faire passer Hadopi.

Bref, on est pas sortis de l'auberge *soupir*

jeudi 25 juin 2009

Décès familial

Je viens d'apprendre le décès de ma cousine Christine, décédée à 46 ans après une longue maladie près d'Angers. Voici de nombreuses années qu'elle se battait contre un cancer, mais celui-ci a finalement eu raison d'elle, l'arrachant à son mari et à ses deux enfants.

Christophe, Cédric, Thibault, je pense à vous...

mercredi 17 juin 2009

Merci et bravo monsieur Thiel !!

Je pense que toute la France sait maintenant qui il est. Ce monsieur de quarante quatre ans, un mosellan de Sarreguemines père de trois enfants et chômeur depuis deux ans sans indemnité, handicapé à 20% suite à un accident survenu lors de son service militaire, s'était mis en route le 2 juin pour tenter d'interpeller l'Elysée sur sa situation plus que précaire. Il avait écrit à un ministre l'année dernière et celui-ci avait mis 5 mois à lui répondre, donc il avait décidé d'y aller, carrément, pour avoir une réponse plus rapidement, un peu outré de cette désinvolture.

Hé bien il est arrivé après 400 km parcourus et a été reçu par une conseillère à l'emploi de l'Elysée (pas par le président, fallait pas rêver !). Sur son blog, il explique ce qui lui fut promis lors de cet entretien mais reste assez détaché vis à vis de cela. Espérons que ce ne furent pas des promesses vaines et qu'enfin son dossier va avancer, c'est ce que je lui souhaite vivement. Reconnaissons tout de même le beau geste de l'Elysée qui lui a payé le billet de TGV pour retourner chez lui, c'était bien le moins qu'ils pouvaient faire tout de même face à ce courageux monsieur qui est allé carrément leur porter à domicile ce que vit un chômeur de longue durée. Donc, au nom de tous les chômeurs qui galèrent, merci, monsieur Thiel ! Merci d'être allé leur mettre en pleine face qu'il y a quelque chose en dehors de Paris et que les gens normaux galèrent pour s'en sortir alors qu'eux s'en soucient à peine et vivent sur leurs impôts...


D'ailleurs, l'Elysée fait encore parler de lui puisque l'on annonce que ses dépenses de fonctionnement ont augmenté de 21,8 % (voir billet de l'ami Faucon là-dessus, avec le lien de l'article du Monde.fr qui dévoile cette information). C'est pas la crise pour tout le monde, on dirait, comme d'habitude ce sont toujours les mêmes qui en profitent un max. Bon, dès ce matin il y a un démenti, mais bon vu les habitudes de dépenses somptuaires de notre président (je vous recommande aussi la lecture de ce billet de l'ami Faucon concernant le déroulement en grand du parlement à Versailles, très instructif), cela n'étonne pas tant que ça malgré leurs dénégations maladroites qui ne convainquent personne. Parce que, franchement, vu ce que je vis quotidiennement, j'avale difficilement ce genre de choses, et je suis sûre que tous ceux qui sont au chômage partiel, dont les entreprises ferment (je pense à Michelin par exemple) l'avalent aussi peu que moi. Je suis peut-être une douce idéaliste, mais tout ce fric englouti dans des dépenses pharaoniques pourrait aider nombre de personnes dans la détresse et les aider à retrouver un emploi puisque le Pôle Emploi, surpeuplé et surchargé, ne le peut pas...

Je suis peut-être un peu mordante, mais j'en ai plus qu'assez de devoir me débattre toute seule, sans soutien du Pôle Emploi dont le rôle premier est tout de même d'aider les gens à retrouver un emploi, et le fait de louper mon examen n'a pas contribué à ensoleiller mon moral déjà fluctuant. Alors quand des gens comme Robert Thiel ont des initiatives propres à essayer de se sortir de la m*****, je les applaudis en espérant que ça provoque un électrochoc salutaire dans les hautes sphères...

samedi 13 juin 2009

Sale journée...

Les résultats de mon examen sont tombés, la taule du siècle, j'ai complètement raté mes oraux et d'une belle façon. Je ferais mieux de me rendre compte une fois pour toute que je suis nulle et arrêter d'avoir des désirs de grandeur pour prendre un métier de base pour lequel du moins je serai qualifiée...

Et en plus ma chaudière est fichue, elle goutte de partout, reste à faire réagir ma propriétaire rapidement pour qu'elle fasse le nécessaire. Le technicien qui est venu m'a relancé la pompe pour que j'aie de l'eau chaude, mais il ne savait pas combien de temps cela allait durer...

Bref, je ferais mieux d'aller me recoucher, pas envie de grand'chose...

vendredi 12 juin 2009

HADOPI

Hé oui je n'en avais pas parlé ici, mais il faut dire que certains de mes amis bloggueurs comme l'ami Faucon ou Alaiya s'en sont vraiment bien et avec talent chargé. Cependant, vu que c'est le ministre de la culture qui nous a pondu cette ânerie, je ne pouvais tout de même pas passer dessus, même si moi ma spécialité c'est le patrimoine. Après tout, je fais partie des internautes moi aussi, de ces internautes présumés coupables d'entrée de jeu.

Bon, je comprends parfaitement le point de vue des artistes aussi, ceux qui vivent de leur musique et qu'internet prive d'une partie de leurs revenus, mais je reste convaincue que ce n'est pas une solution que de punir à tout va et, surtout, ça n'empêchera rien du tout. A la base, j'étais favorable à la licence globale qui permettait la rémunération des artistes tout en permettant l'accès au téléchargement, mais il faut croire que ça dérangeait les majors du disque, ceux qui se font une tonne de sous. Je force probablement un peu trop le trait mais l'objectif des maisons de disque c'est justement de rentrer des sous afin de produire d'autres artistes, enfin c'était l'objectif à la base.

La création d'une haute autorité ? Bonne idée à la base mais il faut qu'elle soit strictement encadrée, pas de "big brother is watching you".
Le mouchard électronique ? Alors ça, pas du tout, suis totalement contre. Je n'ai pas envie du tout qu'on sache ce que je fais sur mon ordinateur, ça relève de mon espace privé et des plus élémentaires droits de l'homme.
Contrôle de l'internet ? Ca fait vraiment peur, en tout cas, de se retrouver dans un monde où chaque pression de touche sera enregistré, chaque mouvement, et où ces gens pourraient savoir tous vos faits et gestes. brrrrr
La riposte graduée ? Heureusement, le conseil constitutionnel a délesté la loi de ce volet. Hadopi pourra donc prévenir l'internaute qu'il a été chopé, mais pas le punir, cela restera l'apanage d'un juge.
L'obligation de l'internet chopé et sanctionné de payer son abonnement? Non mais ça va pas non ? On nous coupe le net et on doit encore payer ? Voilà de quoi mettre les FAI dans la poche du gouvernement, en leur faisant miroiter des bénéfices, je trouve ça méprisable. (enfin, sais pas si finalement ce volet-là n'a pas été invalidé, difficile de savoir exactement vu le nombre de controverses)

Je suis assez d'accord sur ce que disait Alaiya dans son billet, l'économie de la culture doit s'adapter à la nouvelle donne fournie par internet ou mourir de sa belle mort. L'économie du patrimoine est en train de se renouveler en facilitant l'accès aux musées et aux sites à tous les publics, en allant parfois jusqu'à la gratuité (musées de la ville de Paris, de Dijon aussi, par ex.), pourquoi celle du disque et de la chanson, qui n'est pas en crise en plus, ne pourrait-elle faire le même effort ? Bon, il n'y a pas derrière les musées le même enjeu financier que derrière la production de disque mais enfin, il doit être possible de trouver un arrangement qui puisse contenter tout le monde, non ? Certains artistes en prennent déjà le chemin en mettant en écoute libre sur leur site leur album et, si les gens veulent l'acheter, ils donnent ce qu'ils veulent. Pas d'intérmédiaires, directement de l'artiste à l'auditeur, et c'est probablement cela qui gêne car lesdits intermédiaires se trouvent lésés, plus de rémunération si on ne fait pas appel à eux. Un album numérique coûte moins cher, il n'y a pas de support et tout ce qui va avec, mais 10 euros c'est encore un peu cher, à mon sens.
Bref, à suivre !

jeudi 11 juin 2009

oral J+2, repos, enfin...en attendant les résultats

Je suis rentrée à la maison hier en début d'après-midi, l'esprit encore embrumé, après avoir dormi comme une sourde pendant toute la nuit, chose qui ne m'était pas arrivé depuis un bon moment. J'ai passé hier la journée à Dijon dans un état de stress extrême, après avoir assez peu dormi, une fois de plus, alors que mon frère, lui, dormait comme un bienheureux dans sa chambre. Nous avons trouvé sans difficulté la DRAC Bourgogne, sous un ciel bleu bien agréable mais quelque peu variable et une température agréable. A 10h30 précises je me présente à la DRAC et reçois l'enveloppe contenant les images à commenter. J'en choisis trois (Semur en Auxois en vue aérienne, le château de Chateauneuf en Auxois et l'abside peinte de l'église de Paray le Monial). Relativement satisfaite vu que j'ai visité Semur autrefois et que j'ai les outils de termes techniques pour décrire le reste, je décris rapidement d'une écriture nerveuse l'essentiel à ne pas oublier, relativement confiante en ma mémoire, puis, au bout du temps de préparation, je vais attendre que le jury daigne me recevoir. Ledit jury finit par me recevoir, se présente laconiquement, deux dames et un monsieur, puis me demande de commencer, pas un mot plus haut que l'autre. Je décris mes trois photos, puis commence le ballet des questions. On me signale que la ville haute de Semur n'est pas là où je la situe, que la comparaison avec Besançon est presque exacte mais pas tout à fait (dans une boucle de rivière aussi mais plus tardive), ensuite le grand blanc sur Paray le Monial, je n'arrive pas à retrouver le mot "Cluny", pourtant je sais que Paray, lieu de pélerinage, est considérée comme la fille aînée de Cluny. Heureusement, la dernière question sur ma méthode de préparation de visite sauve tout, ils ont l'air un peu plus satisfaits mais c'est loin de rattraper mes bêtises d'avant. Ils sont froids, désagréables et me demandent si je suis bourguignonne. Ma réponse négative augmente leur froideur, bonjour le sectarisme ! Pourtant, je leur dis que je connais bien la région vu que j'ai fouillé à Alésia, pour essayer de redorer un peu mon blason.

Je sors donc démoralisée, le moral au 36ème dessous, et rejoins mon frère qui m'attend à la voiture pour aller déjeuner. Comment ai-je pu me louper si énormément ? Je ne cesse de me poser la question pendant le repas (à un chinois du coin, pas cher et bon en plus), et je me la pose encore aujourd'hui. Après le repas, je traîne mon frère dans la vieille ville, mitraille les églises, intérieur et extérieur, avec mon APN, avec quelques photos d'hôtels particuliers pour faire bonne mesure. Je le prends aussi pour cobaye, lui explique les monuments, bien que lui soit totalement insensible à l'intérêt du patrimoine, et je réussis à l'intéresser au palais des Ducs.

A 16h, je me présente à la DRAC, à demi malade de stress, pour la dernière épreuve. Je reçois mon enveloppe, et découvre avec panique que je dois commenter la place et le square Darcy qui se trouvent assez loin, près de la gare. Je file le plus vite possible, essaie de me souvenir de ce que j'ai lu mais rien ne vient, cerveau vide. Je sors alors un guide touristique que j'avais pris dans mon sac à dos, et commence à mémoriser l'essentiel de ce qui concerne la place et le square, deux pages en tout. J'arrive au lieu de rendez-vous, et m'aperçois en lisant mieux que je n'ai pas vingt minutes mais trente, il me reste donc presque quinze minutes au moment où j'y arrive. Je détermine rapidement mes stations sur la place, puis tente de ne pas me faire écraser en traversant le flot de véhicules ininterrompu qui croise la place en permanence. C'est la partie de la ville construite au XIXème siècle, aux immeubles de type haussmanien et aux hôtels et brasseries à décoration 1900. Je le mentionnais juste dans la visite parce que pas le temps en 15 min d'aller leur montrer de visu. Je parviens enfin au jardin sans avoir perdu un membre, détermine rapidement mes stations d'arrêt, prends quelques notes rapides et retourne sous la porte Guillaume (date du XVIIIème siècle, ancienne porte de fortification refaite, ressemble davantage à un arc de triomphe néoclassique à présent) pour attendre le jury, qui finit par arriver. Tout le monde se présente avec le sourire, puis, un peu plus rassérénée, je commence ma visite. Je cherche quelque fois mes mots, mais ça ne semble pas se passer trop mal jusqu'au moment où, devant les faire traverser, je me rate à cause des feux et eux restent sur le trottoir d'en face. Premier raté. Bon, vu que c'était pas mal parti je continue ma visite comme si de rien n'était, leur montre le square avec quelques remarques sur le calme qui y règne malgré la circulation ambiante, leur dis ce que je sais de l'ingénieur des eaux Darcy (euh c'est quoi cette histoire de loi de l'écoulement souterrain instaurée par ce monsieur dont parle la plaque du square? aucun guide touristique n'en parlait) et, devant le monument à ce monsieur, les voilà qui s'asseyent et comment à me poser des questions sur la ville, essentiellement. Bon, malgré quelques trous j'arrive à leur repondre décemment, et les voilà, peu avant 17h, qui me libèrent avec un certain humour en me disant que mon marathon est terminé. Je les salue, les remercie et les quitte, un peu plus optimiste qu'avant. Je n'ai pas quitté la place encore que l'orage qui menaçait éclate, et me voilà sous les grêlons avec un tout petit parapluie. Je parviens enfin à rejoindre mon frère qui attend dans la voiture, trempée comme une soupe, les chaussures pleines d'eau, épuisée mais libérée d'un poids. Advienne que pourra maintenant, c'est fini, je vais attendre les résultats, prévus pour vendredi au mieux ou la semaine prochaine au pire, et profiter enfin un peu à nouveau de la vie (oh là là, la pile de repassage qui m'attend, et le ménage à fond ...mais aussi prendre l'air le plus possible !)...

samedi 6 juin 2009

J-3

Ca y est, on y est presque. J'ai à peine vu passer ces deux semaines, mais mardi ce sera le jour J. Espérons seulement qu'il ne fera pas le temps pourri qu'il fait aujourd'hui, ce sera quand même plus confortable s'il fait beau sans faire trop chaud (on peut toujours rêver, un des souvenirs que j'ai justement de la Bourgogne ce sont des fouilles étouffantes à Alésia, trois ans de suite, sans une once d'ombre et une argile qu'il fallait arroser pour l'amollir).
Je relirai encore mes notes dans mon classeur cet après-midi, avec tous les documents que j'ai pu trouver, plus encore un oeil sur le classeur d'histoire de l'art que je m'étais constitué pour l'écrit afin de rafraîchir mes connaissances, puis demain départ pour les Vosges, fête des mères oblige. J'y resterai jusqu'à mercredi matin (vais rentrer trop tard mardi soir pour reprendre le train vu que mon dernier oral est à 16h) puis retour ici, et il faudra attendre les résultats vu que les oraux sont prévus jusqu'au 11.

jeudi 4 juin 2009

Le quart d'heure culturel étranger: voyage en Egypte, janvier 1998

Ceux qui fréquentent ce blog depuis le début et qui me connaissent un peu savent qu'à la base ma spécialisation est l'égyptologie (à la base, hein, parce que ça nourrit pas son homme). Même si je n'ai jamais eu la chance de partir en mission, j'ai pu quand même aller en Egypte en janvier 1998, lors de mon année de maîtrise. C'était en voyage organisé, mais c'était déjà ça. Bon, c'était après un attentat survenu deux mois avant, donc tout était surmilitarisé, mais il ne m'est rien arrivé, ni à ma grand-mère qui m'accompagnait et passait sa vie à attendre que je cesse de vouloir lire tous les textes sur les parois.

Les photos ont été prises avec un appareil photo jetable à l'époque et scannées récemment, pas si mal la qualité quand même.







Salle hypostyle, Karnak (Sethi I / Ramses II, XIXème dynastie avec modifications ultérieures)



Tombe de Thoutmes III (XVIIIème dynastie), Vallée des Rois, sarcophage en granit rouge et livre de l'Amdouat peint sur les murs (ironique car au vu du roi que fut Thoutmes III, sa tombe est extrêmement simple, pas tellement en accord avec le roi conquérant et bâtisseur qu'il fut)

Kom Ombo, temple de Sobek (dieu crocodile) et Haroeris (Horus le Grand) (époque tardive et ptolémaïque) (temple double, conformation peu courante)



Temple d'Isis, île de Philae (Nubie), époque ptolémaïque (ce temple fut sauvé des eaux du lac Nasser dans les années 60 et remonté sur une île artificielle)



Temple d'Horus, Edfou, pylône d'entrée, partie gauche (époque ptolémaïque, temple au plafond intact)



Procession de la barque sacrée, temple d'Isis, Philae




Et, pour finir, un coucher de soleil sur le Nil...